Le stress d’aller à la selle dans des lieux publics
Le stress d’aller à la selle dans des lieux publics

Le stress des lieux publics quand vient le temps d’aller à la selle

Partager sur
ShareMobile

Partager sur

Dans un monde idéal, nous pourrions toujours aller à la toilette dans une salle immaculée, luxueuse, insonorisée et délicatement parfumée aux huiles essentielles, équipée de papier hygiénique doux de la marque Cottonelle® et de débarbouillettes jetables dans les toilettes Cottonelle® pour une propreté rafraîchissante. Mais en réalité, lorsque l’envie nous prend, nous devons souvent nous tourner vers des toilettes publiques qui laissent à désirer. Pour beaucoup de gens, cela peut être une grande source de stress.

Comprendre le stress des toilettes publiques

La « Parurésie » est le syndrome de la vessie timide et la « parcoprésie », celui des intestins timides. Entre 6.5% et 32% des gens seraient aux prises avec ces syndromes*, souvent désignés comme le stress ou la phobie des toilettes. Toutefois, il n’existe pas beaucoup de données officielles sur le sujet, car il s’agit de troubles dont on parle peu. On parle de phobie des toilettes lorsqu’une personne a peur d’utiliser des toilettes publiques, de se trouver trop loin des toilettes, de ne pas pouvoir utiliser les toilettes quand elle en a besoin, ou de se retrouver dans des toilettes qui ne sont pas propres.

Un stress extrême lié aux toilettes peut affecter les relations professionnelles, sociales et amoureuses, car l’utilisation des toilettes dans les lieux publics, au bureau, chez les autres ou lorsque des amis ou de la famille sont en visite devient pénible.

Une étude réalisée en 2016 a établi un lien entre le stress d’aller à la selle et l’anxiété sociale. En effet, les personnes éprouvant du stress à l’idée d’aller à la toilette sont susceptibles d’utiliser des techniques d’évitement et de croire qu’aller à la selle dans un lieu public a des conséquences sociales négatives.

Lorsque ce problème devient sérieux, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé. Pour les personnes qui sont néanmoins capables d’utiliser les toilettes publiques lorsqu’elles en ont besoin, nous proposons quelques conseils pouvant libérer l’esprit (et le sphincter).

Quelques conseils pour aller à la selle dans des lieux publics

  • Créez des bruits de fond

  • si vous avez peur de faire du bruit, ouvrez le robinet du lavabo ou mettez la douche en marche. Vous êtes dans une toilette publique et ne pouvez pas atteindre le robinet depuis votre cabine? Pas de souci : il existe des applications que vous pouvez télécharger sur votre cellulaire. HushPoopy et Baby-Sleepmatic comportent des sons comme ceux d’une douche, d’un sèche-cheveux ou d’un ventilateur pour aider à couvrir les sons indésirables.

  • Apportez votre propre assainisseur d’air

  • si vous craignez les odeurs indésirables. Des produits comme Poo-Pourri sont offerts en petits formats qui se glissent dans votre sac.

  • Misez sur la chasse d’eau et le papier hygiénique

  • si les sons vous inquiètent toujours, mettez des longueurs de papier hygiénique dans la cuvette. Vous pouvez aussi tirer la chasse d’eau. Cela atténuera les odeurs indésirables et assurera une bonne couverture sonore.

  • Ayez une « trousse d’urgence »

  • si vous êtes du genre organisé, créez votre propre trousse pour aller à la selle dans les lieux publics. Optez pour le papier hygiénique doux et absorbant Cottonelle® Ultra ComfortCare®, les débarbouillettes jetables dans les toilettes Cottonelle®, un assainisseur d’air, un désinfectant pour les mains, des médicaments contre la diarrhée et même un sous-vêtement de rechange.

  • Notez vos toilettes préférées

  • vous avez trouvé des toilettes discrètes et moins utilisées dans un centre commercial? Vous croisez un restaurant charmant avec des toilettes privées sur le chemin du bureau? Souvenez-vous des toilettes où vous vous sentez à l’aise.

  • Ne vous RETENEZ PAS, car cela peut être dangereux

  • au fur et à mesure que la nourriture ingérée descend dans votre tractus intestinal, votre corps absorbe les liquides. La matière solide forme les selles, qui sont toxiques. Plus vous les retenez, plus votre corps absorbe de toxines, ce qui peut avoir un effet sur votre peau et votre poids.

    Aussi, lorsque vous vous retenez longtemps, les selles s’assèchent et durcissent. Déféquer devient alors plus difficile et peut causer des déchirures et des saignements anaux. De même, retenir son urine peut entraîner des infections urinaires douloureuses. Bref, il est plus sain pour vous d’aller à la toilette, même si c’est dans un lieu public.

  • Ressentez l’euphorie

  • dans leurs ouvrages sur les comportements aux toilettes, Josh Richmond et le docteur Anish Sheth parlent de ce qu’ils appellent la poo-phoria, littéralement l’« euphorie de la selle ». Le docteur Sheth décrit le sentiment comme suit : « La distension du rectum qui se produit lors de l’évacuation d’une grande quantité de selles provoque une décharge du nerf vague. L'effet ultime de ce phénomène est une baisse de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle. Lorsqu’elle est légère, la sensation grisante peut procurer un sentiment de bien-être intense (de 'high')» Autrement dit, aller à la selle peut provoquer naturellement une légère euphorie. Qui a-t-il de mieux?

  • Parlez-en à un professionnel de la santé

  • des experts pensent que le stress lié à la selle est un trouble associé à l’anxiété sociale, qui conduit souvent les gens à éviter les situations et à rester à la maison. Si vous éprouvez un sentiment intense de stress à l’idée de devoir utiliser des toilettes publiques, il serait préférable d’en parler à votre médecin, à un professionnel de la santé ou à un thérapeute certifié.

And
Cottonelle® Canada Septic-Safe Toilet Paper

Propre

Tout d’abord, retirez-en plus à la fois avec Cottonelle Cleaning Ripples Texture ®

Refresh
Cottonelle® Canada Flushable Wet Wipes

Actualiser

Ensuite, utilisez les lingettes Cottonelle Flushable pour un nettoyage rafraîchissant tout au long de la journée

Nous faisons partie de la famille Kimberly-Clark
Retour en haut